UFAR 20+ : un projet ambitieux et innovant

Arménie francophone
25.05.2019

Situé à proximité de TUMO, le nouveau campus de l’Université française en Arménie accueillera environ 2200 étudiants et 200 enseignants et membres du personnel. Ce projet se réalisera si l’UFAR arrive à collecter 3 millions d’euros d’ici la fin de l’année 2019. L’université a l’ambition d’être le leader de l’enseignement supérieur dans la région et le porteur des valeurs de la francophonie.
 
Par Anna Baghdassarian
 
Formant depuis sa création des cadres francophones engagés et responsables, l’Université française en Arménie accompagne depuis 20 ans, avec l’Université Jean Moulin Lyon 3, le développement économique et politique du pays. En 2019, l’UFAR s’engage pour l’innovation pédagogique dans l’enseignement supérieur, en lançant, en partenariat avec TUMO Center for Creative Technologies, le projet UFAR 20+.  Il s'agit d'un nouveau campus universitaire de 12000m² situé à proximité de TUMO, avec une capacité d’accueil de 2000 étudiants, des espaces de vie commune et des infrastructures adaptées.
 
L’objectif du projet n’est pas seulement d’agrandir l’université, mais également devenir le cœur francophone du Caucase, s’ouvrir à la jeunesse arménienne des plusieurs pays, celle d’Iran ou d’ailleurs. Si tout se passe comme prévu, le campus accueillera ses premiers étudiants en 2021.
 
L’origine du projet
 
Le projet UFAR 20+ a été imaginé et conçu par le recteur Jean-Marc Lavest, validé par le conseil d’administration de l’établissement, mais, comme le constate l'équipe de direction, c’est avant tout le projet de la famille de l’UFAR dans son ensemble.  « Quand on dit la famille de l’UFAR, ce sont les étudiants en premier lieu, tous les membres du personnel qui travaillent ici ».
 
Dans cinq ans, l’UFAR va dépasser le seuil de 1800 étudiants, et le bâtiment actuel sera alors trop petit pour accueillir tout le monde. « L’université pourrait continuer comme cela, mais nous avons aussi la forte volonté d’accueillir des étudiants qui viennent de l’étranger pour valoriser encore davantage nos diplômes », - nous raconte l'équipe de direction.
 
Le projet UFAR 20+ ne suppose pas seulement la construction d’un nouveau campus universitaire. C’est aussi un nouveau modèle de formation et d’innovation pédagogique. « Il y aura un centre de convergence qui sera dirigé en partenariat avec le TUMO. Il va accueillir les étudiants pour travailler avec les entreprises sur les plateformes partagées. Les bâtiments, c’est pour garantir les conditions d’étude favorable, et cette plateforme partagée - pour mettre nos étudiants, dès la première année d’études, en lien étroit avec les entreprises », -assure l'équipe de direction de l’Université française en Arménie.
 
Avec quels moyens financiers?

Afin que ce projet ambitieux voit le jour, 13 millions d’euros d’investissement en tout sont nécessaires.  Une levée de fonds de 3 millions d’euros a été déjà lancée le 5 février 2019, lors du dîner annuel du CCAF.
 
Dès le lancement de la campagne, une première promesse de don de 500 000 euros a été faite par la présidente de la région Île-de-France, Valérie Pécresse.
 
Le projet a aussi retenu l’attention du président français, Emmanuel Macron, qui a annoncé qu’il plaçait la levée de fonds UFAR20+ sous son haut patronage. « Nous avons aujourd'hui le projet d'un nouveau campus pour que l'UFAR connaisse de nouveaux succès, s'internationalise pour répondre aux besoins de cette jeunesse arménienne qui a envie de France et de francophonie. L’objectif est d’adosser aussi ce nouveau campus au centre TUMO, pionnier arménien d’éducation numérique qui a tant inspiré à Paris et ailleurs » - précise-t-on dans l'équipe de direction.
 
Le projet a également obtenu un financement d’un million d’euro par l’Union européenne, pour la construction du centre de convergence. Des investissements de la part de la diaspora arménienne sont également attendus. Car avec ce projet, l’UFAR veut contribuer au développement économique de l’Arménie, et c’est pour ce même objectif que l’université avaient ouvert, en 2018, la faculté d’informatique et de mathématiques appliquées.

Comment soutenir le projet UFAR20+?
 
Dans une famille, quand on a un projet, tout le monde doit être solidaire, et c’est pour cela que ce projet, même s’il a été conçu et porté par le recteur, veut que tous les étudiants, les membres du personnel, la direction soutiennent l’UFAR20+. L'équipe de direction s’adresse à la grande famille de l’UFAR, en faisant appel à porter ce magnifique projet jusqu’à sa réussite totale et ainsi préparer la future génération. « Quand on dit le soutien de la grande famille d’UFAR, on ne parle pas seulement d’une aide financière, de l’argent directement. Vous pouvez apporter votre aide en partageant nos postes sur les réseaux sociaux, en parlant du projet dans vos entreprises, en parlant autour de vous, en diffusant cette information. Par exemple, si vous connaissez des élèves en secondaire qui s’interrogent sur leur université, parlez de l’UFAR, parlez de ce projet et montrez que cette université, c’est un objet vivant qui bouge, qui évolue ! ».

Un dîner de gala au bénéfice de l'Université française en Arménie

La Région Ile-de-France et l'Université française en Arménie organisent le 12 juin 2019 un dîner de gala pour soutenir la construction du nouveau campus de l'université. Ce dîner, en présence de Madame Valérie Pécresse, S.E. Monsieur Jonathan Lacôte, S.E. Madame Hasmik Tolmajian, invité d'honneur : Monsieur Bernard Cohen-Hadad, président de la CPME Paris Ile-de-France, présenté par Monsieur Serge Avédikian, sera l'occasion de découvrir le projet UFAR20+ et de participer au choix des noms des futurs salles de cours du campus.

Informations et réservations  : www.diner.don-ufar.com

Pour mieux connaître le projet:

https://www.youtube.com/watch?v=SPx8b2cYfO8&list=PLQOna7gdnf_ods3JyzXGig8BUXEjckedm&index=11&t=0s

 

Région

Cette monographie de Tigrane Yégavian est riche et instructive, et intervient à point nommé pour...
Deux mois après que le Premier ministre arménien ait déclaré de manière controversée que « Le...
A l’occasion des élections législatives israéliennes anticipées d’avril 2019, l’historien du Proche...