Le Festival Abricot d’or, c’est fini !

Arts et culture
15.07.2019

Le 13 juillet dernier, le cinéma Moscou a accueilli la cérémonie de clôture du 16ème Festival international du film Abricot d’or. Le grand prix Abricot d’or a été attribué à « Ray & Liz » du réalisateur anglais Richard Billingham. Le film « Une grande fille » du réalisateur russe Kantemir Balagov a remporté l’Abricot d’argent. Et « Le voyageur de minuit » de réalisateur afghan Hassan Fazili a obtenu la mention spéciale du jury.

Par Anna Baghdassarian

Le Festival international du film Abricot d’or vient de fermer ses portes. Au terme d’une semaine de compétition, le jury a rendu son verdict lors de la cérémonie de clôture, Samedi soir, au cinéma Moscou. Avec son long-métrage « Ray & Liz », le réalisateur britannique Richard Billingham a remporté l’Abricot d’or 2019.  L’Abricot d’argent a été attribué à « Une grande fille » du réalisateur russe Kantemir Balagov․ Le jury du Festival a par ailleurs accordé une mention spéciale au Hassan Fazili pour son film « Le voyageur de minuit ». L’Abricot d'or du meilleur court-métrage a été remis au film iranien «Leçons de conduite » de Marzieh Riahi. L’Abricot d’argent dans la même nomination est allé au film géorgien « Prisonnier de la société » de Ratti Citeladzé.

En revenant sur la sélection des films vainqueurs, le membre du jury Norayr Kasper a souligné que l’un des critères les plus importants pour eux a été le phénomène cinématographique : « A part le contenu, le film dօit avoir des éléments importants cinématographiques. Il est certes important de bien présenter le matériel, de saisir les approches de l’auteur, d’évaluer les solutions techniques. En tant que jury du programme régional du festival, j’ai eu la possibilité de découvrir les problèmes sociopolitiques de la région à travers le cinéma. En regardant des films d'Arménie, d'Iran, de Turquie et de Géorgie, j’ai vu les préoccupations et les visions des jeunes et des personnes âgées de ces pays », - a dit Norayr Kasper. 

Cette 16 ème   édition du Festival international du film Abricot d’or a été marquée par la réalisation des ateliers « Talent lab » destinés aux jeunes cinéastes : « Pour la première fois dans l’histoire du festival, nous avons organisé une série d’ateliers animés par des professionnels du 7ème art pour les jeunes cinéastes. Et je peux vous assurer que ce projet a été un grand succès », - raconte la coordinatrice du Talent lab Liana Avetisyan.

C’est dans le cadre de ce projet que Olivier Pelisson, critique de cinéma français, représentant du comité de sélection de La Semaine de la Critique de Cannes, s’est rendu à Erevan et a fait découvrir aux jeunes cinéastes venus de différents pays le monde du critique de cinéma. « C’était hyper-intéressant. On a regardé ensemble les quatre derniers grands prix jusqu’à 2018, récompensés à la Semaine de la Critique de Cannes. On a beaucoup parlé, échangé, discuté. Après, je leur ai demandé à chacun de choisir un des quatre films pour écrire leur critique. A la fin, chacun a lu son travail et on a réagi à tout ça, - nous raconte Olivier Pelisson. Les organisateurs du festival déclarent que le projet Talent lab sera continuel.

D’après Raffi Movsisyan, membre du jury de la compétition régionale du festival, l’autre moment fort de cette édition a été l’exposition « Temple du Cinéma », consacrée au 95ème anniversaire de Sergueï Paradjanov. « On a pu regarder son chef d’œuvre « La couleur de la grenade », avec des scènes inédites restaurées. L’installation du film a eu une grande résonnance. Elle était à la une des journaux et des web-sites culturels », -souligne Raffi Movsisyan.

Pour la directrice du festival Hasmik Hovhannisyan, les projections en plein air étaient les plus importantes. « On a eu trois projections dans une salle comble. Nous allons essayer d'organiser des projections en plein air chaque année, car elles font du festival de cinéma une grande fête d’été », - a-t-elle dit.

Ajoutons que cette 16ème édition du festival a été préparée et réalisée par une nouvelle équipe de direction, toute jeune – un pari supplémentaire pour ce rendez-vous culturel incontournable qui anime Erevan chaque année à cette époque qui a été gagné haut-la-main !

Région

Cette monographie de Tigrane Yégavian est riche et instructive, et intervient à point nommé pour...
Deux mois après que le Premier ministre arménien ait déclaré de manière controversée que « Le...
A l’occasion des élections législatives israéliennes anticipées d’avril 2019, l’historien du Proche...