«Jeunes citoyens d’Arménie»

EDITO DU MOIS
22.03.2019

Depuis 2002, la Fondation KASA, par le biais de divers clubs, réunit des jeunes afin de développer leur autonomie, la prise d’initiative et l’esprit critique, contribuant ainsi à l’émergence d’une société démocratique et engagée en Arménie.

La création et le succès du projet

Le coup d’envoi du projet « Jeunes citoyens d’Arménie » de la Fondation KASA est le lancement, en 2002, du premier club qui rassemblait des jeunes autour des questions écologiques. Forte du succès de cette initiative, la Fondation a décidé d’élargir le cadre des clubs proposés et a créé des clubs des anglophones, des francophones, psychologiques, d’art, de cinéma, d’actualités, etc. L’intérêt des participants a confirmé la conviction de KASA que les jeunes étaient motivés à discuter des questions liées à la société civile. En 2010, la Fondation a réuni tous les clubs au sein d’un seul projet, intitulé « Jeunes citoyens d’Arménie », et leur fonctionnement est devenu ainsi plus cadré et professionnel.
Les bénéficiaires du projet sont des jeunes ayant peu d’occasions de se rencontrer pour réfléchir ensemble à leur avenir ou simplement pour discuter des questions qui les préoccupent. L’initiative concerne en premier lieu les animateurs, les participants aux clubs et aux initiatives des jeunes, ainsi que tous ceux qui suivent les clubs via les médias sociaux.

Pour mieux comprendre le milieu où l’on vit…

Lycéenne, Gohar Grigoryan décide un jour de s’engager dans une nouvelle aventure.  Elle s’intéresse aux projets de volontariat, et après avoir rencontré l’un des animateurs des clubs des « Jeunes citoyens d’Arménie », découvre ce qu’elle cherchait depuis longtemps. « Le principal objectif de ce projet  est de créer des jeunes citoyens actifs qui ne soient pas indifférents aux problèmes de leur communauté. C’est une plateforme qui nous permet de mieux comprendre le milieu où l’on vit, un moyen d’auto-expression et d’échanges autour des sujets préoccupants. J’ai compris que c’était exactement ce que je voulais », -raconte Gohar. Cela fait déjà six mois que Gohar Grigoryan est volontaire dans le cadre du projet « Jeunes citoyens d’Arménie ». Elle a été l’animatrice des clubs des bibliophiles et des anglophones. « Au cours de cette période, j'ai acquis un certain nombre de compétences telles que la communication libre et efficace avec les membres du club, la connaissance des sujets choisis pour le mois, le travail en équipe et l'estime de soi, ainsi que de nombreuses autres compétences pratiques. Le bénévolat est une école très riche et intéressante qui vous offre un bagage de connaissances et de compétences pratiques », - explique Gohar. Elle trouve que le projet « Jeunes citoyens d’Arménie » est aussi une possibilité de se faire de nouveaux amis, développer la créativité et contribuer à la construction d’une meilleure société.

N.B. Notons, que la Fondation KASA a également élaboré, en 2016, pour des personnes engagées auprès des jeunes, un manuel intitulé « Les jeunes pour la société », qui présente et résume toute l’expérience et la méthodologie des activités des clubs. Ce manuel est agrémenté de jeux éducatifs attrayants et utiles.