L’UFAR : l’intégrité pour étendard

La singularité de l’Université française en Arménie est le fruit d’un faisceau d’éléments associant l’ouverture sur le monde, la professionnalisation, la formation des élites féminines et l’intégrité. La dernière composante de cette différenciation pourrait rapidement sombrer dans la longue litanie des incantations pieuses, mais sans fondement réel. Les universités n’échappent pas à un risque de « lessivage vert » (green washing) qui consiste à clamer un idéal pour valoriser son image alors que la pratique est à l’inverse.

Par Bertrand Venard, recteur de l'UFAR

L’intégrité à l’UFAR revêt quatre sens primordiaux.

Au sens premier, l’intégrité est définie à l’UFAR comme une valeur morale équivalente à honnêteté. Il est toujours difficile de montrer cette probité. Elle passe par une multitude d’actes quotidiens, en dépit de forces contraires. Elle oblige parfois à une certaine raideur des équipes, le respect de la règle pouvant laisser planer le risque d’une certaine bureaucratisation. Quand la règle appliquée même honnêtement prend le pas sur le bon sens, la bureaucratie pointe son nez. L’honnêteté exige de l’UFAR une grande vigilance et un souci du détail. Il faut appliquer aussi un minimum de règles de manière autoritaire. Si un professeur frappait un étudiant, il devrait être licencié immédiatement.

Le deuxième sens de l’intégrité (du latin integritas) signifie être intact, au sens d’être fidèle à une idée d’origine. En ce sens, l’université est restée fidèle aux idées de ses fondateurs, avec au premier rang, l’ancien Ambassadeur de France en Arménie : Henry Cuny. Lors de la présentation du nouveau Plan stratégique Horizon UFAR 2021-2025, il déclara en lisant la nouvelle mission : « c’était exactement notre projet initial ». L’université a gardé constante son attachement à la promotion de certaines valeurs en Arménie. L’intégrité peut donc être prise à l’UFAR dans son sens étymologique de constance de l’université.

La troisième acceptation de l’intégrité souligne la cohérence de l’université. Perçue comme un système complet, l’Université française en Arménie se doit ainsi de mettre en adéquation l’ensemble des valeurs avec les actions. Il s’agit de mettre en adéquation constante des idées et des pratiques. Ainsi, l’UFAR prônant l’intégrité a justement été la première université en Arménie à créer et mettre en œuvre un Plan de Réintégration des Etudiants Soldats pour faciliter leur retour vers les études et pour aider les familles endeuillées. Revendiquer une certaine forme de solidarité au sein de l’UFAR a entraîné la nécessité d’aider des jeunes perturbés par le conflit.

Le dernier sens d’intégrité est la fiabilité. Le credo ufarien devient alors : toujours agir selon ses paroles sans altération. Un dirigeant d’université peut recevoir des sollicitations par lettres, courriels ou verbales. Elles peuvent s’accompagner de cadeaux, de flatterie ou même de menaces. L’objectif est de faire céder dans un sens favorable au plaignant, comme si un dirigeant pouvait décider indépendamment de la loi, des règles, ou de son équipe. L’université a une longue tradition de respect de ses règlements et de transparence dans ses procédures. La fiabilité est donc le respect permanent des engagements.

La polysémie de l’intégrité (honnêteté, authenticité à un idéal de départ, cohérence et fiabilité) n’est pas le défi le plus difficile pour l’université. Un enjeu est aussi de la distiller de manière permanente à l’ensemble des acteurs comme les étudiants, les enseignants, le personnel, des parties prenantes. Un mois après leur intégration à l’UFAR, nous avons interrogé, en 2021 les 645 nouveaux étudiants. Fiers de leur université, ils étaient déjà bien conscients des règles, de leur application, de la nécessaire discipline de travail exigée par l’université.

Un autre enjeu de l’intégrité est également le risque d’effondrement du système. Laisser des pressions être couronnées de succès et les miasmes de la compromission vont alors comme la petite vérole faire pourrir un bel édifice universitaire, la faillite des valeurs impliquant une défaillance durable. L’intégrité comme étendard brandit, mais aussi avec laquelle on agit, est finalement plus facile à dire qu’à faire.