Heureux qui comme Ulysse…

EDITO DU MOIS
22.05.2020

Avec les beaux jours, ce temps de confinement devient particulièrement pesant.

Monique Bondolfi-Masraff, présidente de KASA

Chacun rêve, peu ou prou, de s’évader de ses murs gris, de partir à la découverte de nouveaux horizons, de retrouver le grand large… Ce d’autant que depuis quelques années l’ouverture des frontières a offert de nouvelles perspectives. Des touristes viennent, des amitiés se créent, des invitations favorisent les échanges, les lignes aériennes se multiplient. Et voilà que tout s’arrête soudain : même à l’époque soviétique on pouvait au moins se rendre dans les pays faisant partie du même bloc…

Où aller ?

Me revient à l’esprit un poème de Du Bellay, poète de la Renaissance.

Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage,
Ou comme cestuy-là qui conquit la toison,
Et puis est retourné, plein d'usage et raison,
Vivre entre ses parents le reste de son âge!

Vivre entre ses parents ? Entendez retrouver les terres de ses racines. Et surtout les connaitre – pour y renaître, en participant à leur évolution.

D’année en année plus d’un million de touristes font jusqu’à vingt-quatre heures d’avion pour arpenter l’Arménie, venus de partout : Californie, Argentine, Australie, Chine, Russie, France… Ils s’émerveillent de la richesse de sa faune et de sa flore, de son histoire et de sa culture, de la chaleur de l’accueil. En sens inverse beaucoup de locaux ignorent - voire boudent - les trésors de leur pays.  

Alors plutôt que de déplorer la fermeture des frontières, et si vous décidiez de découvrir votre patrie ? Et de la faire aimer à vos enfants ? Sans doute auriez-vous grand plaisir à repérer tout ce qui s’est créé depuis l’indépendance de l’Arménie au niveau d’un tourisme local imaginatif, coloré, unissant traditions et innovation.

Que diriez-vous d’arpenter une région spécifique en logeant dans une famille ou une maison d’hôtes, pour rayonner depuis là, à pied, à vélo, en alliant la visite d’une église haut perchée dans la montagne à des activités botaniques ou ludiques ? Et de comprendre avec empathie la réalité de villageois ravis de partager leurs maisons réaménagées avec goût, leurs jardins fleuris, leurs spécialités locales, leurs propositions d’itinéraires inédits, leurs animations pour parents et enfants, leur goût de la terre ?

Avec à la clef des découvertes vivifiantes…

- d’une région certes, d’une nourriture et d’un environnement plus sains qu’en ville, de paysages et de sites méconnus, d’habitants courageux et inventifs,

- mais tout autant d’un autre style de vie, d’un autre rythme, en particulier avec vos enfants, qui méritent que vous leur offriez le précieux cadeau de votre temps : pour jouer avec eux, développer leur conscience environnementale et les initier à l’harmonie de la nature, loin de la cacophonie des médias.

Et au final vous redonneriez leur chance à ces milliers de familles et de structures locales qui s’investissent dans un tourisme de proximité pour promouvoir une Arménie colorée, généreuse et tournée vers l’avenir !